27DFGCAK8I9C8CAD3HH5QCAMIYSGCCAMXE1O4CATREM1ZCADAZKGBCAFMDI1FCASYJT7OCAXDAL5PCAZPG6ALCAO9MNI1CAVFI4FDCA9MSAACCAVLLRPACABO01H6CAA279JFCAT8XCBLCA8F0PHECAO3Q37MA la lecture du titre d'aujourd'hui, vous avez compris que j'allais parler de cette question qui anime la classe politique ces jours ci: L'identité Nationale. La République Française serait-elle en danger qu'il faille resserrer les liens autour de cette très vieille et très ancienne marotte jusqu'à lors réservée aux "imbéciles heureux qui sont nés quelque part" comme le chantait avec délectation G. Brassens ? Pour ce qui me concerne, citoyen du monde, libertaire par nature, douarneniste par mon père, je suis français par hasard. Cette question de l'appartenance m'a renvoyé au livre de Morvan LEBESQUE (un Nantais) "Comment peut-on être Breton" (paru au Seuil en 69). Ce journaliste qui mourut l'année suivante après une carrière notamment au Canard enchainé, réveilla bien des consciences. "...Elle (la bretagne) n'existe que dans la mesure où,à chaque génération, des hommes se reconnaissent bretons.A cette heure, des enfants naissent en Bretagne. Seront-ils bretons ? Nul ne le sait. A chacun, l'age venu, la découverte ou l'ignorance." De ce livre, les Tri Yann en avaient fait une chanson et JOSSIC avait même proposé le nom de Morvan Lebesque pour l'agence culturelle bretonne. Jusqu'au moment où on se rappela la conduite douteuse de Lebesque dans les années noires et particulièrement sa collaboration au torchon "je suis partout". Etre de quelque part serait donc et avant tout, question de conscience plus que de papiers ? Et bien oui, je le crois. J'étais Viet-Namien quand les B52 leur envoyaient des bombes au napalm, j'étais républicain Espagnol sous le régime Franquiste, j'étais Chilien quand on assassinait Allendé et je suis Palestinien sous l'occupation Israélienne. Voila pourquoi, je crains fort que, derrière ce débat, se dissimulent d'autres ambitions politiciennes que celles qui sont annoncées. Il s'agit bien sur, à l'approche des régionales de récupérer les électeurs "frontistes" qui ne sont pas encore monter à bord du grand bateau UMP. Alors, on leur envoie une bouée. (La photo est tirée du livre de G. DOZY: "Marianne dans tous ses états." ed.Alternatives.)

tete_a_claqueHo la la...Comme disent les têtes à claques, faudrait pas s'prendre au sérieux. C'est pas une tribune philosophico-politique ici. C'est un billet d'humeur et d'humour comme écrit dans le titre. L'autre jour, j'ai lu dans un blog, au demeurant beaucoup mieux fait que celui-ci, qu'il était devenu impossible de trouver un coiffeur qui vous fasse la barbe. Hé, ho, erwandekeramoal, c'est pas une raison pour raser tes lecteurs.

Allez, la tension monte car, pour moi, c'est jour "J" moins un. La réponse demain. Portez vous bien, bien sur et, à demain...Peut-être.