Nomino_Skoulmet mat eo hirie

chadenn ar goskoret

kousket noz kousket de

kalon ar vretoned. "Aujourd'hui bien nouée, la chaîne des esclaves endort nuit et jour le coeur des Bretons." J'emprunte à Glenmor ces quelques vers de "La marche de Nominoë" pour célébrer cet anniversaire de la victoire des troupes bretonnes de Nominoë sur celles (Franques) de Charles le chauve. Nous sommes un 22 novembre de l'an de grace 845, dans la campagne de Ballon près de Redon. Celui que les historiens allaient nommer "Tad ar vro", le père de la patrie, venait de donner naissance à une Bretagne unifiée et indépendante. Pour autant, il n'était pas roi mais Duc. C'est son fils Erispoë qui prendra le titre de roi, ce fut le premier et sans doute le dernier; par la suite, les souverains bretons porteront le titre de Duc. Nominoë, grand guerrier et fin stratège, réussi à négocier le départ des vikings après avoir pourtant subi trois défaites consécutives. Il mourut en 851 près de Vendômes non sans avoir conquis le Maine et l'Anjou, d'où la célèbre chanson:" Tan-tan, tir-o-tan...Gwin ar C'hallaoued zo mad" (ça c'est une interprétation toute personnelle, mais je pense qu'elle peut se vérifier, la Bretagne ne produisant pas de vin, il était normal d'aller le chercher en Anjou...). On peut donc raisonnablement penser qu'il exista une "Bretagne" entre 845 et 1532 date du traité d'union avec la France. Etait-ce un Etat, un royaume, une Nation ? La question vaut d'être posée et débattue, mais cela fera l'objet d'un autre billet.

Il tonne sur Keramoal, il pleut bergère, comme je le disais hier à propos de Fabre d'Eglantine, en tous cas, pas un temps à mettre un paroissien dehors. Va pourtant falloir y aller. Un p'tit tour dans le bourg le dimanche matin, ça tient quasiment du rituel. Allez, portez vous bien et à demain, peut-être.