Amis du pain perdu et de la liberté retrouvée réunis, bonjour !

Nous sommes le 16 juin soit le 28è jour de prairial et c'est le jour du thymus que des paresseux ont pris l'habitude de nommer le THYM.
Cette plante de la famille des lamiacées est aussi appelée, serpolet et, dans le sud, les occitans  disent farigoule. Le thym est utilisé depuis fort longtemps et pas 040730_thym_3seulement pour arômatiser les côtes de boeuf je dis cela pour "La Giennoise" à qui je fais de gros bisous).
Les Égyptiens et les Étrusques utilisaient le thym mélangé aux onguents pour embaumer leurs morts. Les Grecs en brûlaient devant l'autel de leurs dieux, les places publiques et les riches demeures, pensant que cette plante était source de courage; ils en mettaient aussi dans leurs plats; le thym était aussi utilisé à profusion comme parfum stimulant qu'ils versaient dans leur bain.
La légende veut que Pâris enleva la belle Hélène et que la princesse était fort triste: à chaque larme qui tombait de ses yeux sur le sol, naissait une touffe de thym. C'est beau, non !

Tout à fait autre chose et qui n'a rien à voir...

Il y a quarante ans, le 16 juin 1970, disparaissait ELSA TRIOLET. De son vrai nom Elsa Kagan, elle était née à Moscou, Triolet était le nom de son premier mari. Elsa à une soeur, Lili Brik, qui participe très tôt au mouvement révolutionnaire russe. C'est à travers elle que, plus tard, Elsa Triolet et Louis Aragon seront en contact avec les communistes.
Elsa apprend le français et se lie avec le poète Maïakowski qui deviendra plus tard le elsaTrioletcompagnon de Lili Brik. En 1919 elle épouse un officier français, André Triolet, qui l'emmène à Tahiti. Elle s'en sépare deux ans plus tard. Commence pour Elsa une décennie d'errance à travers l'Europe.
Installée à Montparnasse, elle fréquente les surréalistes comme Fernand Léger et Marcel Duchamp. C'est en 1928 qu'elle rencontre Aragon au café « La coupole », elle devient sa muse et ne se quitteront plus. Ils se marient en 1939, et ensemble entrent dans la résistance.

Elsa continue à écrire nouvelles et romans et sera récompensée par le prix Goncourt 1945 au titre de l'année 44. Elsa Triolet attendra 1957 pour rendre publique sa critique du Stalinisme, notamment dans « le monument » et, en 1963, elle va oeuvrer pour faciliter la  traduction et la publication du livre de Soljénytsine « une journée d'Ivan Denissovitch ».
Je vous livre une de ses citations qui, me semble t-il, colle tout à fait à la situation actuelle: « J'ai appris que pour être prophète, il suffisait d'être pessimiste. » (c'est tiré de: Mille regrets)
Bon, c'est pas une raison pour se laisser aller. Allez, haut les coeurs !  Vous allez voir que l'été va finir par arriver, si,si, c'est la semaine prochaine. En attendant, portez vous bien et à demain peut-être.