Amis de la libre circulation et du ragoût de mouton réunis, bonjour !

Nous sommes le 11 juillet et le maillot jaune du tour de France est porté par un français, cocorico ! C'est le 23è jour de messidor dédié au haricot ce qui bien entendu n'a aucun rapport avec ce qui précède pas plus qu'avec ce qui suit.

Certains vont trouver que j'en fait un peu trop mais, c'est plus fort que moi, la politique de l'État d'Israël me sort par les trous des yeux, m'horripile, m'exaspère et pour tout vous dire, en reprenant une célèbre formule des « tontons flingueurs », ils commencent à me les briser...menu ! Je laisse la parole à Leila Shahid déléguée générale de la Palestine auprès de l'UE.

« Les autorités officielles de différents États membres de l’UE, ainsi que des compagnies aériennes européennes, ont répondu aux injonctions du gouvernement israélien en acceptant d’interdire aux passagers européens, inscrits sur des listes de persona non grata établies par Israël, d’embarquer à bord des vols à destination de Tel-Aviv à partir de différentes villes européennes.

Des citoyennes et des citoyens européens ont répondu à l’appel de la société civile palestinienne, représentées par ses ONG, syndicats et associations, qui les ont invités, le 8 juillet, à se rendre en Palestine pour commémorer l’avis historique de la affiche_petit_mission_juillet_7ab92Cour Internationale de Justice de La Haye du 9 juillet 2004 condamnant le mur. Cet avis, de la plus haute instance onusienne, n’a pas empêché, depuis 7 ans, les autorités israéliennes de poursuivre la construction de ce mur en territoire occupé, violant ainsi le droit international. Ces citoyennes et citoyens venaient manifester leur solidarité avec les victimes d’une des occupations militaires les plus longues de l’histoire contemporaine. Cette action, solidaire, pacifique et non violente, devait leur permettre de rejoindre les citoyennes et les citoyens palestiniens dans le territoire occupé, comme d’autres Européens ont tenté de le faire avec la flottille à destination de Gaza.

Les autorités officielles de différents États membres de l’UE, ainsi que des compagnies aériennes européennes, ont répondu aux injonctions du gouvernement israélien en acceptant d’interdire aux passagers européens, inscrits surAeroport_Gaza_Palestine des listes de persona non grata établis par Israël, d’embarquer à bord des vols à destination de Tel-Aviv à partir de différentes villes européennes. D’autres, qui ont réussi à arriver à Tel-Aviv, ont été refoulés à l’aéroport Ben Gourion. Nul ne connaît sur quelles bases de telles listes ont été dressées et de quel crime on accuse ces citoyens, ne serait-ce le crime de solidarité internationale. Il est évident que ces citoyens européens auraient préféré se rendre à l’aéroport de Gaza directement, sans passer par Tel-Aviv, si l’armée israélienne n’avait pas complètement détruit le terminal et les pistes de l’aéroport il y a dix ans, forçant ainsi toute personne souhaitant se rendre en Palestine à passer par l’aéroport de Tel-Aviv.

Il est scandaleux qu’un État du Sud de la Méditerranée, qui se prétend un partenaire privilégié de l’UE, se permette de violer ainsi les droits des citoyens européens de plusieurs États membres : droit à la circulation, droit à l’expression politique pacifique de leurs opinions, droit à la solidarité et la défense du droit international. Et ceci avec la complicité de certains États membres de l’UE ! »

Voilà pour aujourd'hui, portez vous bien et à demain peut-être.