Amis des polissonneries et de la crêpe suzette réunies, bonjour !

Nous sommes le 6 octobre, 15è jour de vendémiaire dédié à l'âne, chacun se reconnaîtra... C'est aussi le jour anniversaire de la disparition d'une grande chanteuse réaliste, Colette RENARD.

Depuis quelques jours, je lis ici et là (normalement à ce moment là, le vrai blogueur met des liens) que les associations féministes se démènent pour que soit supprimé dans les formulaires officiels, le libellé Mademoiselle. Je leur dédie donc ce charmant texte interprèté par notre chanteuse du jour et intitulé : les nuits d'une demoiselle.

 

Colette Renard (née Colette Raget, le 1er novembre 1924 à Ermont), et décédée le 6 octobre 2010 dans les Yvelines, est une chanteuse et actrice française.
Après des études de violoncelle, elle devient secrétaire, puis chanteuse dans l'orchestre de Raymond Legrand, qu'elle épouse en 1969. En 1956, elle crée le personnage d'Irma, dans la comédie musicale Irma la douce, de Marguerite Monnot, qu'elle joue jusqu'en 1967. Elle passe plusieurs fois à l'Olympia, et à Bobino où elle partage la scène avec colette_renardGeorges Brassens en 1976. Ses chansons ont eu de nombreux succès populaires. Colette Renard reste sans doute la dernière chanteuse populaire inspirée par les réalistes d'après guerre. Sa voix très expressive, son interprétation et sa diction la rendent reconnaissable au premier couplet. Elle enregistra aussi plusieurs albums de chansons grivoises. La plus célèbre d'entre elles est sans doute Les Nuits d'une demoiselle, où elle énumère des synonymes de cunnilingus et autres pratiques sexuelles.

Après s'être éloignée une dizaine d'années du milieu du spectacle, elle revient sur le devant de la scène avec le concours de Pascal Maurice dit Paul Melchior, en enregistrant en studio son dernier album en 2002, Ceux qui s'aiment, qu'elle présente la même année au Théâtre Déjazet à Paris dans un récital du même nom, le dernier.

Elle a joué dans quelques films dont Un roi sans divertissement et IP5. Depuis août 2004, dans Plus belle la vie, elle incarnait Rachel Lévy, grande-tante de Nathan Leserman et tante de Guillaume Leserman, avec qui elle a partagé beaucoup d'intrigues. C'était la doyenne des personnages du feuilleton télévisé quotidien sur France 3. Elle vivait d'ailleurs à Marseille pour être au plus près des studios où sont tournés les épisodes de ce feuilleton.

Et voila pourquoi ma soeur est aveugle comme disait Francis Blanche. Pour une fois que le cénobite ne parle pas de politique, il va peut-être pouvoir concourir  aux Golden Blogs Awards (Stéphanie, j'ai voté pour ton blog). Allez, portez vous bien et à demain peut-être.