NE PAS OUBLIER GAZA.

Le 27 décembre 2008, cela fait un an jour pour jour, l’armée Israélienne lançait son offensive contre la bande de Gaza. Un déluge de feu s'abattait sur la population.Gaza_2

Après vingt-deux jours de bombardements par air, terre et mer, le sinistre bilan se chiffrait à plus de 1350 morts et 5450 blessés. Pourtant, les plans des stratèges de « Tel-Aviv » n’ont pas affaiblit l’esprit de résistance des habitants de cette prison à ciel ouvert. Hélicoptères Apache et avions F-16, armes fournies par « l’ami américain » étaient sensés mettre un terme à toutes formes de résistance… Tout au contraire, les habitants de Gaza, malgré le blocus terrible qui leur est imposé depuis juin 2007 tentent de survivre alors que la communauté internationale semble les avoir oubliés.

Depuis, l'État hébreu impose aux Palestiniens, des conditions d’existence infernales et contraires à toutes les lois internationales, afin qu’ils quittent leur terre et renoncent à leur projet d'un Etat libre et indépendant. A tous ceux qui célèbrent la Nativité j'adresse ce simple message: N'oubliez pas que Bethléem est en Palestine.

Victor CONSIDERANT.

Le 27 décembre 1893, mort de Victor CONSIDERANT, né le 12 octobre à Salins (Jura).
Penseur socialiste français,il s'attache à développer les thèses de Fourier, notamment sur l'idée du phalanstère. Il s'installe à Paris, où il publie divers journaux: "Phalanstère", "La réforme industrielle", "La phalange" (1836), "La démocratie pacifique" (1843). Il fut, après 1848, élu à la législative, mais dut s'exiler en 1849 en VBelgique, puis aux Texas (1852), où il tenta de fonder une colonie. Amnistié, il rentre en France et, en mars 1871, se range aux côtés de la Commune de Paris. Outre ces journaux, il a écrit: "Destinée Sociale (1838), "Manifeste de l'école sociétaire" (1845), "Théorie du droit à la propriété et du droit au travail" (1848), etc.

"Si donc on veut la liberté..., il faut rechercher les conditions du bien-être général et de l'aisance universelle, premières bases du développement des droits, des libertés, première conditions de la véritable émancipation de tous".

LES MESANGES DE KERAMOAL.

J'aime bien les mésanges et, apparemment elles apprécient les petites attentions que j'ai à leur égard. Depuis l'installation d'un nichoir et de boules de graisse pour affronter les rigueurs du climat, elles ont pour ainsi dire élu domicile sous lecharbonni_re hangar. Pas une, pas deux, mais toute une colonie et, c'est à celle qui tiendra le perchoir le plus longtemps pendant que ses congénères en décousent avec les rouge-gorges et autres merles moqueurs. Les bleues et les charbonnières ont l'air de faire bon ménage; je les soupçonne d'être cousines à la mode de Bretagne. Ah, le spectacle de la nature ! Même si ici, il faut bien l'avouer, on l'aide un peu.

Bon allez, on cause, on cause, on voit pas l'heure passer, faut que j'pousse jusqu'au bourg moi. Portez vous bien et à demain peut-être.